La chronique du dimanche

J’instagram donc je suis…

Les « mêmes »

Qui ne s’est jamais inspiré d’une photo Instagram pour en publier la même sur son compte ?

Il fallait absolument que je vous partage ce trésor découvert grâce à Friday Magazine par l’intermédiaire de @chicandswiss . Comme j’aurais adoré en être l’instigatrice ! Manque d’audace et manque de temps 😉

Mais revenons au coeur du sujet, le compte @shitbloggerspost qui recense les innombrables mêmes posts ou du moins, TRES inspirés. J’aurais retenu exactement la même photo que celle mise en photo de profil : la jambe en l’air ! Impossible d’être passé à côté cette position hyper naturelle, que nous optons toutes et tous pour lire un bouquin, téléphoner ou regarder la télé. Mais c’est sans compter les palmiers et les sandales de rééducation Chanel ahhhhhhhh !

Il y a aussi les nombreuses photos prises de Pinterest qui viennent agrémenter les feeds pour rester dans le thème ou dans les tons. Why not !

De votre côté, vous pouvez vous amuser à chercher les mêmes avec les hashtags.

Bref, courrez voir ce compte et régalez-vous. L’auteur(e) souhaite rester anonyme. Dommage, on aurait adoré savoir !


Mode

Mon Panama

J’ai découvert la marque « Mon Panama » lors d’un événement organisé par Yaël, qui nous a présenté les sacs de la marque et nous en a si bien raconté leur histoire.

« Mon Panama », c’est Anne-Claude Toral. Passionnée de chapeaux et de sacs depuis toute petite, c’est en quittant la Suisse pour Bangkok en compagnie de son mari, qu’elle concrétise son ambition en créant sa marque. En effet, elle profite de ses connaissances acquises lors de ses études dans l’hôtellerie pour promouvoir le savoir-faire des artisans thaïlandais, dans les palaces du pays. Elle peut ainsi faire fabriquer ses sacs avec de la matière première locale et en rémunérant les protagonistes équitablement. C’est cela qui m’a plu dans cette marque.

Anne-Claude fait également fabriquer des chapeaux (d’où le nom mon panama) aux finissions parfaites en Equateur, pays d’origine de son mari. Elle garantir ainsi l’authenticité et la traçabilité de ses produits.

Voici les 2 sacs que j’ai reçus. Je les adore car en plus d’être beaux et chics, ils sont très solides et les finissions sont parfaites ! Ce qui n’est pas toujours le cas avec les sacs tressés.

Je vous laisse découvrir l’histoire et les autres magnifiques pièces de « Mon Panama » : ici


Culture et Divertissement

Ces derniers temps, je n’ai pas eu le temps ni l’opportunité d’aller au Musée mais en tête de ma liste figure l’Alimentarium de Vevey. D’ailleurs, une expo de dingue est en préparation « The food we love to hate ». Vous pouvez y contribuer ici .

Mais pour aujourd’hui, ce sera du divertissement avec une cocktail hyper bon, arty et rafraîchissant, dont le chef Edgard Bovier m’avait transmis la recette lors d’un cours de cuisine. A consommer avec modération, bien entendu.

Voici donc, l’incroyable : Clicquot’Cino !

L’idée principale est de rajouter du limoncello dans du champagne. J’en suis tellement fan que je demande ce mélange au resto. A Milan, un serveur m’a même dit qu’il allait le proposer à la carte !

Ici, le chef utilise son Limoncino, qu’il fait produire en Italie, à base de citrons bios.

Je vous laisse donc avec la recette qui épatera vos convives, j’en suis sûre.

Edgard Bovier partage sa recette : 

  • Remplir un grand verre à cocktail de glaçons
  • Y placer une rondelle de citron BIO
  • Ajouter une branche de thym
  • Y verser 4 cl de Limoncino by Edgard Bovier
  • Compléter avec 1 dl de champagne Veuve Clicquot Brut Carte Jaune
  • Comme clin d’œil, le chef suggère de râper un zeste du citron qui sublimera le cocktail
  • Servir et déguster

Une fois n’est pas coutume, j’ai reçu un code promo à faire valoir sur le coffret (2 bouteilles de Veuve Clicquot, 2 verres à cocktail et un Limoncino), en plus du rabais actuel. -10% avec le code « DEVON » jusqu’au 30.09.2020.

Lien direct : ici


Beauté

Le chanvre dans les produits de beauté

Je connaissais déjà les vertues curatives, calmantes et apaisantes du CBD mais je ne l’avais jamais testé dans les produits de beauté. Et c’est chose faite grâce à ces 2 crèmes que j’ai reçues récemment.

« Ma Crème CBD aux extraits de chanvre » est LA crème pour le corps de chez Akyado. En plus de soulager les maladies de peau et de calmer les irritations, elle décongestionne les poches et réduit les cernes ! Je l’ai testée plusieurs nuits sur le contour de l’oeil et cela m’a fait beaucoup de bien. Pour moi, une bonne crème contour de l’oeil doit laisser la peau hydratée et douce jusqu’au réveil. C’est le cas avec celle-ci. Le plus : son odeur boisée qui fait du bien et détend. (ce produit est certifié sans thc car composé de cbd synthétique.

Le sérum visage nuit de Sephora fait partie de la gamme « naturelle » de la marque. Pour être honnête, je n’ai jamais été très fan des produits Sephora mais là, c’est gamme est dingue ! Les flacons sont en matériau recyclé et les ingrédients sont d’origine naturelle. Je vous ferai une revue des produits que j’ai testés de cette gamme, qui pour certains, vont rester longtemps dans la routine.

Adepte des masques et sérum de nuit, j’utilise celui-ci 2-3 fois par semaine pour calmer les irritations et avoir un teint frais au réveil. Au niveau de la texture, elle est fluide et pénètre rapidement dans la peau. L’odeur est légère et s’estompe rapidement.

Et pour terminer, un produit que j’ai trouvé marrant et qui dépanne en fin de journée, avant une grosse soirée. Il s’agit d’un paquet de 14 masques 1minute à l’avocat. Hyper hydrant, le repulpe et la peau en 1 clin d’oeil ! A utiliser avec modération car il contient du phenoxyethanol. (pas de réaction sur ma peau)


Mes adresses

@kazoku

Je ne suis jamais allée au Japon mais je pense que le Kazoku y ressemble. Je connais ce restaurant depuis son ouverture mais je n’y étais pas retourné depuis le changement de propriétaire. J’ai donc perdu 3 ans de bonheur culinaire à la japonais, rien que ça !

Le Kazoku est tenu par un jeune « couple » je pense, lui à la cuisine, elle au service. J’ai tout suite adoré la déco, l’atmosphère chaleureuse, simple. On pouvait y voir le cuisinier d’affairer en cuisine, des flammes sortant de l’ouverture.

La carte est bien étoffée, autant de sushis que de plats traditionnels. La fille m’a même confié que l’on pouvait demander des plats spéciaux quelques jours à l’avance.

Franchement, je ne vais pas épiloguer, tout était bon. Le riz à sushis, la perfection : tendre comme il faut, tiède… le poisson hyper frais et fondant. Le cuisinier élabore sa propre sauce soja. Et pour bien terminer, des mochis et un thé jasmin.

Rien que de revoir les photos, j’en ai l’eau à la bouche ! C’est quand qu’on y retourne ?!

Des sushis oui, mais des sushis du Kazoku ! ici


Comptes à suivre

@lamarel_official / @entredois

Alors que l’écart se creuse entre ceux qui dépensent toutes leurs économies post covid dans les grandes enseignes de fast-fashion et ceux qui n’achètent quasi plus que du second hand, certains essaient de créer leur propre marque équitable et locale. C’est le cas de LAMAREL. C’est Sandra Rodrigues Pinto @entredois qui en est la fondatrice. Elle a su faire des basics les pièces phares de notre style. Avec une paire de talon, des lunettes noires, un collier en or, avec Lamarel, le survet’ n’a jamais été aussi chic ! Le plus, Sandra contrôle tout de A à Z et fait fabriquer ses pièces au Portugal. Au niveau du prix, il est tout à faire correct et équitable pour pouvoir payer correctement chaque maillon de la chaîne. On oublie souvent les nombres d’intervenants qu’il y a de la récolte de la matière première à la vente en magasin.

Je vous laisse également découvrir le compte de Sandra, qui vit entre la Suisse et la magnifique ville de Séville. Un compte très inspirant et reposant, bourré de créativité.

Laisser un commentaire